Spécificités d’impression

Ajustement des espaces couleurs

« Il faut toujours garder en archives la version du fichier dans son espace source d’origine (RVB) afin de conserver le maximum d’information couleur. »

La conversion d’un fichier image en couleur d’impression CMJN peut entraîner une modification plus ou moins visible d’une catégorie de couleur, ce phénomène colorimétrique est particulièrement sensible lorsque la conversion s’effectue entre une espace couleur RVB (sRGB) vers l’espace couleur CMJN. Il faut bien prendre conscience que cette perte de couleurs n’est pas réversible, c’est à dire qu’une nouvelle conversion du fichier CMJN vers un fichier RVB ne ramènera pas les couleurs du fichiers RVB d’origine. La raison en est toute simple : le principe de la conversion de profil a pour mission de conserver au plus près les couleurs d’origine. Dans ce cas de figure, le fichier d’origine étant le CMJN, les couleurs qu’il contient sont conservés.

Le méta mérisme

Le méta mérisme est un phénomène induisant une perception différente de la couleur d’un échantillon suivant la nature de l’éclairage. Autrement dit, si une même couleur est observée sous 2  types de lumières  différentes  ( par exemple 2800K et 7500K) elle sera perçue comme 2 couleurs différentes. Ce phénomène s’applique aussi quand vous achetez des vêtements : sous une lumière artificielle les couleurs sont différentes de ce qu’elles sont en plein jour. Il faut regarder le vêtement à la lumière du jour pour pouvoir bien apprécier sa couleur !

Notre imprimante Eco-Solvant Epson SureColor S40600 utilisent des encres de couleurs qui sont plus ou moins sujettes au méta mérisme selon leur type :

  • les encres à colorants chimiques solubles appelées aussi encres ULTRACHROME GS3, leur principal avantage étant de pénétrer intégralement dans le papier évitant ainsi au maximum le phénomène de Méta mérisme sur les papiers brillants (le méta mérisme est une différence de couleur suivant l’éclairage utilisé).
  • les encres à pigments ULTRACHROME (GS3) utilisent des colorants naturels pigmentaires qui sont très stables dans le temps du fait de la taille des pigments et de la structure des papiers.

Les profils ICC en détail : l’information sur la vraie couleur

Un profil ICC est un fichier annexé l’image, qui contient une table de correspondance des couleurs. Dans cette table on trouve 2 tableaux, le premier énumère la liste des valeurs tonales de l’espace colorimétrique en question (Exemple sRGB) et dans l’autre une correspondance de chacune de ces valeurs avec leur véritables couleurs. Ce tableau de référence est appelé espace de connexion du profil (profil connexion space ou PCS). Cet espace de connexion se base soit sur le modèle CIE XYZ, soit sur le modèle CIELAB. Rappelons que ces Modèles colorimétriques de la CIE décrivent de façon absolue les couleurs visiblent à l’œil humain.

Les profils couleur sont aussi la description des couleurs que peut reproduire un périphérique, par exemple le profil couleur d’un scanner, d’un écran, d’un appareil photo, d’une imprimante ou d’une presse offset, etc.

Finalement le profil couleur donne une signification colorimétrique à des valeurs aux correspondances ambiguës entre le RVB et le CMJN. Mais il faut bien garder à l’esprit que le profil couleur n’a qu’une action superficielle sur l’image dont il corrige l’apparence, il ne fait que corriger l’affichage de ses couleurs. Cette correction sera prise en compte par le système d’impression seulement si le le système de gestion des couleurs procède à une conversion dans la gamme de couleur d’impression.

L’espace de connexion (PCS)

Le PCS va décrire le périphérique dans un espace de référence de la CIE. Il existe des profils fondés sur des tables qui sont toujours basés sur le modèle CIE LAB, mais il existe aussi des profils basés sur une matrice simplifiée qui eux sont toujours basés sur le CIE XYZ. Par exemple le profil ECI-RGB est décrit dans le modèle CIE XYZ (un très grand espace RGB) et comme les couleurs qu’il représente n’occupent qu’une petite partie de cet espace de référence, ces limites physiques seront décrites à l’aide de 3 critères :

  • La gamme de couleurs ou gamut en considérant la luminosité et la couleurs des primaires
  • La plage dynamique en considérant le point blanc ou le point noir.
  • La distribution tonale en considérant sa courbe
profil-icc espace-profil-icc

Fig. 2. Le volume du profil ICC ECI-RGB est représenté ici dans le diagramme CIExy puisque ce sont avec ces coordonnées que les primaires sont décrites. les trois critères présent dans le profil : gamma, point blanc et primaires suffissent à décrire le volume qu’il occupe et donc toutes ses couleurs.